Billet Société

On ne prend pas les mouches avec du vinaigre – Le billet du lundi

La langue française nous offre une variété d’expressions plus ou moins heureuses. Celle que je vous propose d’examiner ce matin est « On ne prend pas les mouches avec du vinaigre ».

La signification communément admise indique le fait que pour obtenir quelque chose de quelqu’un, mieux vaut employer la douceur. Plutôt logique dans un monde où la confrontation est une notion quelque peu démodée. Faut-il encore s’accorder sur les modalités d’un consentement.

Englué dans son miel

Reste à ne pas s’imaginer que cette maxime soit aussi simple à mettre en oeuvre. En réalité, vous pouvez vous enduire tout le corps de miel sans pour autant inspirer autre chose que le dégoût. Il est donc indispensable de me pas prendre cette expression au pied de la lettre. Dans ce cadre, tout pouvoir se doit lui aussi d’adapter ce principe et d’user de douceur s’il compte séduire et convaincre. Quoi que, dans ce cas, nous risquons fort de nous retrouver englués dans un miel de promesse.

La séduction est pour l’exercice du pouvoir un moyen dont il est nécessaire d’user avec parcimonie dans tous les sens du terme. C’est pour cela sans doute que la séduction est si souvent associée au pouvoir, tant pour le conquérir que pour s’en attirer les faveurs. En tout cas,  tant que le temps le permet sans nécessiter un recours à la force. C’est donc la nature de la séduction et sa relation au pouvoir qui seront étudiées cette semaine.

Pour ma part, à défaut de séduire vos esprits, je tente obstinément de nourrir mes aspirations, sans pour autant, tel le paon, faire la roue devant ma caverne. Quoique …

A très bientôt.

Chandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.