Billet Politique

Malheur aux vaincus – Le billet du lundi

La langue française nous offre une variété d’expressions plus ou moins heureuses. Celle que je vous propose d’examiner ce matin est « Malheur aux vaincus ».

La signification communément admise indique le fait que le vaincu  est à la merci du vainqueur à l’issue d’un conflit. Plutôt logique dans un monde où mieux vaut être en position de force pour négocier quoi que ce soit. Faut-il encore s’accorder sur les modalités d’une victoire incontestable.

L’origine de cette expression nous vient d’un épisode de l’histoire romaine. Ce jour-là, Rome ayant été vaincu par des tribus gauloises menée par un chef nommé Brennus, celui-ci accepta de retirer ses troupes moyennant un lourd tribut en or. Mais au moment de la pesée, les romains réalisèrent que les gaulois avaient truqué les poids de la balance et s’en plaignirent à Brennus. Celui-ci leur répondit par un cinglant « Vae victis ». Alors, joignant le geste à la parole, il jeta le baudrier de son épée dans la balance. Ce malheur aux vaincus qui a traversé l’histoire est une leçon dont les romains n’ont pas oublié d’user plus souvent qu’à leur tour.

Défaite ou humiliation ?

Reste à ne pas s’imaginer que cette maxime soit la panacée de toute conquête. En réalité, il est bien plus aisé de conquérir que de maintenir. Dans ce cadre, tout pouvoir se doit d’user de bon sens afin de trouver le juste équilibre entre défaite et humiliation. Quoi que, dans ce cas, nous risquons fort de nous retrouver privés de toute victoire.

Toute conquête semble donc être une promesse de gain dont il est nécessaire d’user avec parcimonie. C’est pour cela sans doute que chaque victoire est devenue ambivalente faisant davantage respecter de nos jours les droits des vaincus que ceux des vainqueurs. En tout cas,  tant que la paix reste possible et la guerre improbable. C’est la nature des conquêtes et sa relation au pouvoir qui seront étudiées cette semaine.

Pour ma part, à défaut de conquérir vos cœurs et vos âmes, je vis chaque nouveau lecteur comme une victoire, sans pour autant la nécessité de couvrir notre caverne de trophées.

A très bientôt.

Chandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.