Billet Justice

Sans foi ni loi – Le billet du lundi

La langue française nous offre une variété d’expressions plus ou moins heureuses. Celle que je vous propose d’examiner ce matin est « sans foi ni loi ».

La signification communément admise indique une personne qui ne croit en rien et ne respecte aucune loi. Cette catégorie d’individus, fort commune à toute époque, fait partie de ces hommes et femmes qui suivent leurs propres règles au risque de troubler l’existence d’autrui. Plutôt pratique pour peu que vous ne souffriez pas d’un dédoublement de la personnalité. Faut-il encore ne pas être confronté à d’autres membres de la même tribu.

Sans loi, pas de liberté ?

Reste à ne pas s’imaginer que ce type de personnes ne respecte absolument aucune loi. La réalité est que même l’absence de règles a ses lois propres, en particulier la loi du plus fort. Dans ce cadre, le pouvoir a un rôle primordial à jouer afin de préserver la liberté de chacun. Paradoxalement, c’est la préservation de la liberté qui nécessite le respect d’un certain nombre de lois. Ainsi, chacun de nous peut trouver dans le maquis de nos lois le rempart derrière lequel se protéger. Quel mal à cela car dans le fond, l’important n’est-il pas la préservation de nos libertés chéries. Quoi que, dans ce cas, nous risquons fort de nous retrouver face à nos contradictions.

La loi semble donc être cette frontière entre notre nécessaire liberté et la liberté toujours bien assez suffisante d’autrui. C’est pour cela sans doute que le respect des lois est le plus souvent perçu comme un mal. En tout cas,  tant qu’un autre ne prend pas de libertés avec votre existence et se mette à agir à son tour en dehors des lois et à votre détriment. C’est le rôle complexe des lois dans notre société et sa relation au pouvoir qui sera étudié cette semaine.

Pour ma part, à défaut de ne pas perdre ma foi en l’avenir de l’homme, je tente d’adoucir les lois qui gouvernent notre caverne.

A très bientôt.

Chandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.